Thalia dealbata

Famille : Marantaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

L’espèce est originaire du centre-est des Etats-Unis (Alabama, Arkansas, Georgia, Illinois, Louisiane, Mississippi, Missouri, Oklahoma, Caroline du Sud et Texas) où elle vit dans les zones marécageuses et au bord des étangs et des cours d’eau.

Le genre est dédié au médecin et naturaliste allemand Johannes Thal (1542-1583), considéré comme le pionnier de la botanique en Allemagne ; le nom spécifique est l’adjectif latin “dealbatus, a, um” = blanchi, en référence à la patine cireuse recouvrant la feuille.

Noms communs : powdery thalia, hardy canna, mealy thalia, powdery alligator-flag, water canna (anglais).

JPEG - 235.1 ko
Rhizomateuse aquatique ou semi-aquatique du centre-est des USA, Thalia dealbata est l’unique marantacea non cantonnée aux régions tropicales et subtropicales © Giuseppe Mazza

Thalia dealbata Fraser (1794) est une espèce herbacée vivace rhizomateuse, aquatique ou semi-aquatique, acaule, à feuilles persistantes ou caduques dans les climats les plus froids, formant rapidement des touffes denses. Les feuilles, sur des pétioles longs de 30-90 cm engainants à la base pour former une fausse tige, sont alternes, distiques, simples, de forme oblongue-ovale à oblongue-lancéolée à apex pointu et à marge entière, longues de 20-55 cm et larges de 8-20 cm, de couleur verte et recouvertes en-dessous d’une patine cireuse blanc bleuâtre. Inflorescences terminales, sur un scape dressé long de 0,4-2,2 m, ramifiées, longues de 10-40 cm, aux ramifications courtes à allongées et arquées à internœuds zigzaguant, distantes entre elles de 2-3 mm, pourvues d’une paire de bractées presque circulaires, concaves, longues de 0,8-1,5 cm, de couleur rouge-pourpre et recouvertes d’une patine cireuse blanchâtre, sous-tendant une paire de fleurs. Fleurs bisexuelles, auto fécondantes, d’environ 1,6 cm de longueur, de couleur pourpre foncé, à 3 sépales, longs de 1-2 mm, 3 pétales soudés à la base, longs de 8-9 mm, 2 staminoïdes partiellement soudés, un staminoïde pétaloïde plus long que les pétales, une étamine fertile et style au stigmate bilobé. Le fruit est une capsule globuleuse à ovoïde, de 1-1,2 cm de longueur, contenant une seule graine globuleuse brun foncé d’environ 0,8 cm de longueur.

JPEG - 107.2 ko
Elle est très appréciée pour sa facilité de culture et l’aspect exotique des fleurs © Giuseppe Mazza

Elle se propage habituellement et facilement par division au printemps, en utilisant des portions de rhizome de 10-15 cm de longueur pourvues de plusieurs pousses, moins fréquemment par graines, préalablement soumises à une stratification à froid pendant trois mois, dans un substrat organique maintenu constamment humide à une température de 24-26 °C.

L’espèce, seule de la famille des Marantaceae originaire d’Amérique du Nord et également la seule à n’être pas confinée aux régions tropicales et subtropicales, est fréquemment utilisée pour son aspect exotique comme ornement de bassins et de jardins sous une large variété de climats, de tropical à continental, où les rhizomes peuvent résister en hiver s’ils sont immergés dans l’eau à une profondeur suffisamment éloignée de la couche de glace la recouvrant, 45-50 cm ou plus.

Facile à cultiver et à la croissance rapide, elle nécessite une exposition en plein soleil, ou tout au plus légèrement ombragé, et à l’abri du vent. Les rhizomes peuvent être placés directement sur le fond du bassin, s’il est pourvu d’une couche appropriée de terre riche en substances organiques, de préférence acide à neutre, ou dans de grands récipients, dont la terre sera recouverte d’une mince couche de gravier pour l’empêcher d’être lessivée, solution préférable dans le cas de petits bassins afin de pouvoir limiter et contrôler le développement vigoureux, sous une épaisseur d’eau de quelques centimètres jusqu’à 40-45 cm.

Sous les climats moins favorables la culture en conteneur permet également la mise à l’abri dans un environnement protégé pendant les mois d’hiver, ce qui permet une reprise végétative plus rapide au printemps par rapport aux plantes laissées à l’extérieur.

Outre dans l’eau, elle peut être cultivée en pleine terre, en parterres et bordures, dans des sols profonds maintenus constamment humides, à l’exclusion des régions où le sol peut geler jusqu’à la profondeur de l’implantation, à moins d’extraire les rhizomes à l’automne et de les conserver dans du sable humide jusqu’au printemps dans un endroit frais.

Synonymes : Peronia stricta F.Delaroche (1812) ; Malacarya dealbata (Fraser) Raf. (1819) ; Maranta dealbata (Fraser) A.Dietr. (1831) ; Spirostalis biflora Raf. (1838) ; Spirostylis biflora Raf. (1838) ; Thalia barbata Small (1903).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MARANTACEAE et trouver d’autres espèces cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/t-161-2_thalia_dealbata
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants