Thelocactus bicolor

Famille : Cactaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 102.8 ko
Epines multicolores, fleurs voyantes et culture facile © G. Mazza

L’espèce est originaire du Mexique central et septentrional (États de Chihuahua, Coahuila, Durango, Nuevo Leon, San Luis Potosi, Tamaulipas et Zacateca) et des États-Unis (Texas) où elle croit dans les zones semi-arides (désert de Chihuahua), associée à des buissons épineux, sur des sols calcaires caillouteux, généralement entre 600 et 2000 m d’altitude.

Le nom du genre provient de la combinaison du mot grec " thelé " = mamelon et du mot Cactus, en référence aux tubercules portés par les côtes ; le nom de l’espèce vient du latin "bicolor" = bicolore, en référence aux bandes de couleur sur les épines.

Noms communs : “glory of Texas”, “marathon basin thelocactus”, “Texas pride” (anglais) ; “biznaga-pezón bicolor”, “gloria de Texas” (espagnol).

Thelocactus bicolor (Galeotti) Britton & Rose (1922), est une espèce très variable à croissance plutôt lente, ne comportant qu’une seule tige, rarement ramifiée à la base, ovoïde ou cylindro-ovale, de couleur variant du vert au gris-vert ou au vert jaunâtre, de 10 à 15 cm de hauteur et d’un diamètre de 5 à 10 cm, bien que des vieux spécimens, dans la nature, puissent atteindre 26 à 28 cm de hauteur et 16 cm de diamètre.

Les côtes, au nombre de 8 à 12, larges et légèrement tuberculées, sont disposées en spirale, notamment chez les spécimens les plus âgés, avec des aréoles laineuses circulaires espacées de 0,8 à 2 cm. Les aréoles sont munies de 9 à 18 épines radiales plus ou moins rouges, à l’apex jaunâtre, mesurant jusqu’à environ 3 cm, et de 1 à 4 épines centrales, droites, de 3 à 5 cm de long, de la même couleur.

Les fleurs campanulées, longues et larges de 5 à 6 cm, proviennent du sommet des aréoles les plus récentes ; l’ovaire et le tube floral sont revêtus d’écailles imbriquées, minces et membraneuses, aux marges frangées ; les tépales externes sont de couleur rose pâle avec une bande médiane rose verdâtre, ceux de l’intérieur sont de couleur rose-pourpre, plus intense à la base, formant ainsi une tache centrale distincte.

Les fruits sont oblongs, de 1 à 1,5 cm de long et 0,5 à 1 cm de diamètre, de couleur allant du vert au brun rouge, et recouverts d’écailles frangées ; les graines sont obovoïdes, noires, d’environ 2 mm de long. La multiplication se fait généralement par semis, dans la mesure où la plante se ramifie rarement.

La vaste zone d’origine, la présence à des altitudes très différentes et la variabilité inhérente à l’espèce, ont donné lieu à de nombreuses formes locales qui ont, au cours du temps, été décrites comme autant de variétés ou de sous-espèces, mais qui sont considérées aujourd’hui comme des synonymes par de nombreux botanistes, bien que l’accord ne soit pas complet à ce sujet.

De culture facile, très appréciée pour ses nombreuses épines multicolores couvrant la presque totalité de sa surface et pour sa floraison voyante, elle est probablement la plante la plus cultivée du genre.

Elle devra être exposée en plein soleil, ou au moins dans un environnement aussi lumineux que possible, dans un sol particulièrement poreux et drainant composé de terre ordinaire de jardin, enrichie en fumier, de sable grossier (ou de perlite) et de gravier concassé lavé, en proportions égales. Bien que certaines formes locales supportent, dans un sol sec et pendant une courte période, des températures allant de -7 à -12 °C , il est préférable de ne pas la soumettre à des températures nettement inférieures à 0 °C, en particulier en présence d’humidité ; lorsque les conditions climatiques ne permettent pas la culture en plein air dans les jardins "désertiques", elle doit être cultivée en pot, dans les conditions indiquées ci-dessus, afin de pouvoir être abritée en hiver.

En été, pendant la période végétative, l’arrosage doit être régulier, tout en laissant le sol s’assécher complètement avant tout nouvel arrosage ; en hiver la plante doit être conservée au sec à des températures de préférence comprises entre 5 et 10 °C, cette période au frais et au sec étant favorable à la floraison.

L’espèce est inscrite à l’Annexe II de la CITES (espèces dont le commerce est réglementé au niveau international).

Synonymes : Echinocactus bicolor Galeotti (1848) ; Echinocactus rhodophthalmus Hooker (1850) ; Echinocactus rhodophthalmus var. elliptica Hooker (1852) ; Echinocactus ellipticus Lemaire (1853) ; Echinocactus bicolor var. schottii Engelmann (1856) ; Echinocactus bolaensis Runge (1889) ; Echinocactus bicolor var. bolansis Schumann (1898) ; Echinocactus bicolor var. tricolor Schumann (1898) ; Echinocactus schottii Small (1903) ; Thelocactus schwarzii Backeb. (1950) ; Ferocactus bicolor (Galeotti ex Pfeiff.) N.P. Taylor (1979) ; Ferocactus bicolor var. bolaensis (Runge) N.P. Taylor (1979) ; Thelocactus bicolor subsp. schwarzii (Backeb.) N.P. Taylor (1998).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des CACTACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_T-35-1_Thelocactus_bicolor
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants