Tibouchina semidecandra

Famille : Melastomataceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 52.9 ko
Tibouchina semidecandra est un arbuste de 3 m aux grandes fleurs solitaires © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Brésil (Minas Gérais, Rio de Janeiro et São Paulo), où elle croit principalement sur les affleurements rocheux et à la lisière des forêts ou dans les clairières dans les régions à climat typiquement saisonnier.

Le nom de genre dérive de celui utilisé par les populations de Guyane ; le nom d’espèce est la combinaison du préfixe latin “ semi” = demi, des termes grecs “deka” = dix et “anér, andrós” = homme, mâle, en référence aux dix étamines divisées en deux groupes de cinq de formes différentes.

Noms communs : glory bush, princess tree, purple glory tree, spider flore (anglais).

Tibouchina semidecandra (Mart. & Schrank ex DC.) Cogn. (1885) est un buisson mesurant jusqu’à environ 3 m, aux branches velues à la section quadrangulaire. Les feuilles sont ovales, longues de 5 à 10 cm et larges de 2 à 4 cm, aux marges entières et à l’apex acuminé, sillonnées de trois ou cinq nervures, de couleur vert intense et recouvertes de courtes soies rigides sur la face supérieure, grisâtres et tomenteuses sur la face inférieure.

Les fleurs sont solitaires terminales, ou une terminale et deux latérales, avec cinq pétales légèrement inégaux, obovales, longs de 3 à 6 cm, de couleur allant du rose pourpre au violacé, et dix étamines, les cinq inférieurs plus longs, les supérieurs plus courts. Le fruit est une capsule globuleuse d’environ 1 cm de diamètre contenant de minuscules graines. La reproduction se fait par semis et par bouturage semi ligneux au printemps dans un substrat sableux à la température de 20 à 22 °C.

Cette espèce est souvent confondue avec Tibouchina urvilleana (DC.) Cogn. (synonyme de Tibouchina semidecandra hort.), qui se différencie, entre autre, par des fleurs plus petites et réunies en racèmes. Plante relativement peu diffusée, puisque celle cultivée et commercialisée sous ce nom, est principalement Tibouchina urvilleana (DC.) Cogn.

Cultivable dans les régions au climat tropical ou subtropical en plein soleil ou sous un ombrage léger et à l’abri du vent ; sa culture peut être tentée dans les régions tempérées-chaudes plus douces car elle supporte quelques degrés au-dessous de zéro pendant une courte période, avec éventuellement la perte de la partie aérienne, mais qui repoussera au printemps.

Nécessite un terrain acide riche en substances organiques et parfaitement drainant, l’espèce étant particulièrement sensible à l’humidité stagnante ; des tailles éventuelles seront effectuées en fin d’hiver pour maintenir compacte la végétation. Cultivable également en pots en utilisant un substrat tel qu’indiqué ci-dessus, avec ajout de sable et d’agriperlite, pour un meilleur drainage, à placer en hiver dans un local le plus lumineux possible et à une température supérieure à 12 °C ; laisser sécher les couches supérieures du terrain avant d’apporter à nouveau de l’eau, qui doit être non calcaire et à température ambiante. Les apports d’engrais, avec des produits pour plantes acidophiles, seront effectués du printemps à l’automne, selon les modalités indiquées par le producteur, et suspendus en hiver.

Synonymes : Lasiandra semidecandra Mart. & Schrank ex DC. (1828) ; Pleroma semidecandrum (Mart. & Schrank ex DC.) Triana (1871).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des MELASTOMATACEAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_T-12-3_Tibouchina_semidecandra
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants