Tithonia diversifolia

Famille : Compositae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

L’espèce est originaire du Belize, du Costa Rica, du Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Mexique (Campeche, Chiapas, Guerrero, Michoacán, Oaxaca, Quintana Roo, Sinaloa, Tabasco, Veracruz et Yucatan) où elle croît dans les sous-bois et dans la savane, aussi bien sèche qu’humide, et dans les zones perturbées, du niveau de la mer jusqu’à environ 2000 d’altitude.

Le nom de genre fait référence à un personnage de la mythologie grecque Τιθωνός (Tithônós) = Tithon, fils de Laomédon et frère de Priam, roi de Troie ; le nom spécifique est la combinaison de l’adjectif latin “diversus, a, um” = divergent et du nom “folium, ii” = feuille, en référence évidente.

Noms communs : Bolivian sunflower, Japanese sunflower, Mexican sunflower, perennial sunflower, shrub-sunflower, tree marigold, wild sunflower (anglais) ; petite fleur soleil, tournesol mexicain (français) ; kembang mbulan (indonésien) ; margaridão-amarelo, girassol mexicano (portugais) ; amargoso, árbol maravilla, árnica, botón de oro, girasolillo, girasol mexicano, guasmara, jalacate, marbella, margarita, margaritón, mirasol, tanchiche (espagnol) ; denchamat-nam (thaïlandais) ; dã quỳ (vietnamien).

JPEG - 246.6 ko
Américaine tropicale, tolérant même les climats tempérés chauds, Tithonia diversifolia est une espèce stolonifère, herbacée ou arbustive, à croissance rapide. Très ramifié et envahissant, il peut atteindre 4 m de hauteur. Sa biomasse est un excellent “engrais vert” et un riche fourrage frais pour les ruminants © Giuseppe Mazza

Tithonia diversifolia (Hemsl.) A.Gray (1883) est une espèce herbacée ou arbustive stolonifère, mesurant jusqu’à plus de 4 m, très ramifiée. Les feuilles, sur un pétiole long de 2-8 cm, sont généralement alternes, ovales à trilobées ou pentalobées à lobes acuminés et à marges entières ou sérulées-crénelées vers l’apex, longues de 5-28 cm et larges de 4-18 cm, glabres, plutôt hispides et de couleur verte au-dessus, grisâtres et poilues en-dessous. Capitules, sur un pédoncule long de 6-20 cm, solitaires, terminaux ou latéraux, de couleur jaune vif et parfumés, de 8-15 cm de diamètre, constitués d’un réceptacle hémisphérique entouré de bractées imbriquées disposées en 2-3 séries, les externes orbiculaires, longues de 0,6-1 cm, plutôt coriaces, les internes plus longues, 1,2 cm, obovales, membraneuses. Les fleurs de l’anneau extérieur (dites fleurs périphériques), au nombre de 8-14, sont stériles, ont une corolle lancéolée à l’apex bifide ou trifide, longue de 5-7 cm et large de 1-1,5 cm, et ont pour fonction d’attirer les insectes pollinisateurs comme les pétales d’une fleur individuelle. Les fleurs de l’anneau intérieur (dites fleurs du disque) sont hermaphrodites, nombreuses (100-200), à corolle tubulaire, longue d’environ 0,8 cm, à 5 dents. Les fruits sont des akènes à section presque quadrangulaire de couleur brune, longs de 0,4-0,7 cm, pubescents, surmontés d’un anneau de minuscules écailles (pappus), longues d’environ 2 mm, et de deux poils longs de 0,4-0, 5 cm, dispersés par le vent, l’eau et les animaux.

JPEG - 122 ko
Elégants capitules parfumés, propriétés médicinales et huile insectifuge contre les moustiques © Giuseppe Mazza

Elle est généralement et facilement propagée par boutures semi-ligneuses, en utilisant des portions de tige longues de 20-30 cm qui peuvent être enterrées directement dans le sol sur environ le tiers de leur longueur. Elle peut, naturellement, se reproduire également par graines, placé tout juste en dessous de la surface du sol, qui doit être maintenu humide, avec des temps de germination à partir d’une semaine.

Espèce vigoureuse de culture facile et à croissance rapide, initialement introduite comme plante ornementale, pour ses fleurs grandes et lumineuses, dans tous les pays tropicaux et subtropicaux, elle a échappé à la culture dans de nombreuses régions d’Afrique et d’Asie se naturalisant et entrant en concurrence avec la flore locale, devenant une plante envahissante dangereuse, malgré ses indéniables caractéristiques positives.

Sa biomasse est en fait l’un des “engrais verts” les plus efficaces, capable d’enrichir le sol en azote, phosphore et potassium, et pourrait représenter une alternative viable et économique aux engrais synthétiques. C’est un excellent fourrage frais pour les ruminants, riche en protéines et en minéraux, en particulier en calcium et en phosphore, qui peut être récolté plusieurs fois par an, lorsque la plante n’est pas en fleur, et que la teneur en éléments nutritifs est la plus élevée. Par sa rapidité de croissance elle est également en mesure de créer en peu de temps des barrières de séparation et des brise-vent et permet de contrôler l’érosion des sols, grâce aussi à son système racinaire étendu.

Cultivable dans les régions au climat tropical, subtropical et marginalement tempéré chaud le plus doux, avec éventuellement des dommages à la partie aérienne, elle exige le plein soleil et s’adapte à différents types de sols, même pauvres, pourvu qu’ils soient drainants, et est modérément résistante à la sécheresse, mais elle pousse au mieux, dans les zones à la pluviosité annuelle bien répartie supérieure à 1000 mm. Sous les climats moins favorables, elle peut être facilement cultivée comme annuelle dans un environnement protégé en hiver ou directement plantée au printemps.

Les feuilles sont utilisées en médecine populaire contre différentes maladies, bien que plusieurs études aient mis en évidence la présence d’effets toxiques au niveau du cœur, du foie et des reins ; d’autre part il a été constaté la présence de nombreux composés bioactifs d’intérêt possible pour la pharmacopée officiel. L’huile essentielle extraite des feuilles a une action répulsive particulièrement efficace contre Anopheles gambiae au sens large (ensemble de huit espèces pratiquement indiscernables), qui est le principal vecteur du paludisme en Afrique tropicale.

Synonymes : Mirasolia diversifolia Hemsl. (1881) ; Urbanisol tagetiflora var. flavus Kuntze (1891) ; Urbanisol tagetiflora f. grandiflorus Kuntze (1891) ; Urbanisol tagetiflora var. diversifolius (Hemsl.) Kuntze (1891) ; Helianthus quinquelobus Sessé & Moc. (1894) ; Tithonia diversifolia subsp. glabriuscula S.F. Blake (1921).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des COMPOSITAE cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/t-162-1_tithonia_diversifolia
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants