Upupa epops

Famille : Upupidae

 

GIF - 5.8 ko

 

Texte © Dr Davide Guadagnini

 

 

Traduction en français par Catherine Collin

 

 

JPEG - 132.7 ko
Migratrice, avec neuf sous-espèces, l’Upupa epops a une distribution eurasiatique-africaine © Giuseppe Mazza

La Huppe fasciée ( Upupa epops - Linnaeus, 1758 ) est sans doute possible un oiseau que l’on ne peut confondre. Elle appartient à l’ordre des Bucérotiformes (Bucerotiformes), unique espèce vivante appartenant à la famille des Upupidés (Upupidae).

Une autre espèce de Huppe, ( Upupa antaios ), s’est éteinte par la faute de l’homme au XVIème siècle ; c’était un oiseau plus grand, aptère, terrestre et endémique de l’île de Sainte-Hélène où elle se nourrissait surtout d’un insecte, le fameux Perce-oreille de Sainte-Hélène ( Labidura herculeana ), qui s’est probablement éteint suite à l’introduction d’espèces allochtones.

La classification de cette espèce a été l’objet de variations : traditionnel- lement, dans le passé, elle était insérée dans l’ordre des Coraciiformes (Coraciiformes), mais certains taxinomistes ont proposé de l’insérer dans un ordre spécifique, celui des Upupiformes (Upupiformes).

Il existe des formes et des sous-espèces variées de huppes qui se différencient légèrement par leurs dimensions et la tonalité de leurs livrées ; actuellement il y a neuf sous-espèces reconnues :

-  Upupa epops epops, la sous-espèce nominale est diffusée sur un très large territoire depuis Madère à travers une grande partie de l’Europe, jusqu’à la Chine, l’Afrique du nord, le Moyen-Orient, l’Asie centrale et une partie de l’Inde.

-  Upupa epops africana, sous-espèce d’Afrique centro-méridionale, a une coloration roussâtre plus « chargée » par rapport à l’espèce nominale sus-décrite.

-  Upupa epops major, présente en Afrique nord-orientale ; plus grande par rapport à l’espèce nominale, avec un bec long et robuste, des bandes caudales plus minces et des bandes alaires blanches très visibles et une coloration plus grisâtre-pâle (son aire de répartition se chevauche avec celle de l’espèce nominale en Libye et en Égypte).

-  Upupa epops senegalensis, distribuée du Sénégal à la Corne de l’Afrique ; plus petite, avec les ailes plus massives par rapport à l’espèce nominale.

-  Upupa epops waibeli, distribuée du Cameroun au Kenya ; semblable à la sous-espèce senegalensis mais légèrement plus grande, plus foncée avec les barres alaires plus évidentes.

-  Upupa epops marginata, sous-espèce endémique de Madagascar ; plus grande, a une coloration plus terne et moins blanche sur les ailes et la queue par rapport à la sous-espèce africaine voisine.

JPEG - 59.2 ko
Timide et réservée on ne la remarque que lorsqu’apeurée, elle s’envole de son vol papillonnant © G. Colombo

- Upupa epops ceylonensis, présente au Sri-lanka (Ceylan) et dans une grande partie du territoire indien, plus petite avec une couleur rouge plus « chargée » et une absence de blanc sur la huppe par rapport à l’espèce nominale avec laquelle elle partage la partie septentrionale de son aire de répartition.

-  Upupa epops longirostris, diffusée dans le sud-est asiatique jusqu’à l’ouest de Sumatra ; plus grande avec une tonalité dans l’ensemble plus pâle par rapport à l’espèce nominale (avec laquelle elle partage les régions nord-occidentales de son aire de répartition) .

-  Upupa epops saturata, présente en Sibérie, au Tibet, en Chine et au Japon ; a une livrée moins « chargée » par rapport à l’espèce nominale (leurs territoires se chevauchent dans la zone occidentale de son aire de répartition). Selon certains auteurs les sous-espèces pourraient être plus nombreuses et certaines élevées au rang d’espèces à part entière).

Le nom de ce splendide oiseau vient du latin et est l’onomatopée du chant émis par le mâle principalement en période de reproduction, et qui est un reconnais- sable hup-hup-hup trisyllabique. "Upupa" est le nom latin de cet oiseau alors que "epops" est le nom grec.

Zoogéographie

C’est une espèce migratrice a distribution eurasienne-africaine (grande partie de l’aire palé-arctique et afro-tropicale), sédentaire dans les aires chaudes de son habitat. Elle niche en Afrique nord-occidentale et subsaharienne, en Asie centrale, sud-occidentale (à l’est jusqu’au Japon), en Europe jusqu’en Suède méridionale (à l’exclusion, même si ce n’est pas de façon stricte et avec quelques retours, des Îles Britanniques, des Pays-bas et d’une grande partie de la Scandinavie). Des individus errants ont également étés signalés en dehors de sa vaste aire de répartition. Elle migre et hiverne principalement en Inde et en Afrique tropicale. En Italie, elle est aussi bien nicheuse que de passage en mars-avril et septembre-octobre. Elle y est présente pratiquement partout (à l’exclusion de l’arc Alpin et des Apennins aux endroits les plus élevés). Elle privilégie les habitats de plaines et de collines, de préférence jusqu’à 800 mètres mais peut être présente jusqu’à 3 000 m d’altitude.

Écologie-Habitat

L’habitat adapté à sa présence est constitué de campagnes arborées, de bosquets avec clairières, d’oliveraies, de vignes, de vergers, de champs de cultures extensives variées, d’orées de bois et de milieux ruraux de collines avec de larges espaces ouverts et peu urbanisés, bien qu’elle puisse s’adapter à une cohabitation (pas trop étroite) avec l’homme. Elle fréquente aussi la savane et la steppe. Elle apprécie les écosystèmes plutôt secs avec des arbres, des constructions maçonnées et des lieux appropriés à la nidification. L’espèce est sédentaire dans les aires aux climats chauds (tropical et subtropical) même si elle peut accomplir des déplacements liés aux variation climatiques

JPEG - 109.5 ko
Elle passe la journée à la recherche d’insectes, intégrant à son régime petits invertébrés, graines et baies © Giuseppe Mazza

Morpho-physiologie

La huppe fasciée grâce à sa coloration, à certaines caractéristiques morphologiques et à ses vocalises ne peut être confondue avec d’autres espèces. Elle est de petites/moyennes dimensions, d’un aspect fragile et léger, avec une longueur totale d’environ 27 cm (25-32), et possède une queue d’environ 9,8-10,9 cm. La coloration des deux sexes est pratiquement identique. Les mâles sont légèrement plus grands : ailes 140-153 mm pour le mâle et 136-148 mm pour la femelle ; longueur du bec 53-63 mm pour le mâle et 50-58 mm pour la femelle ; poids moyen 67-68 g pour le mâle et 51-58 g pour la femme (avec des extrêmes entre 45 et 90 g). Les populations sédentaires tendent à avoir des dimensions moindres et une forme plus élancée par rapport aux populations migratrices.

Elle présente une abondante et assez longue huppe de plumes érectiles sur la tête qui constitue l’une des caractéristiques distinctives de l’espèce. La livrée présente au total un ensemble de trois couleurs contrastantes et rapidement identifiables : orangé-rosé-légèrement brun, blanc et noir. La tête, la huppe, le cou et le haut du manteau sont orangé-brun-rosé ; l’extrémité des plumes de la huppe ont les pointes noires. Le bas du manteau va du brun orangé au brun grisâtre ; le dos et les scapulaires sont largement barrés de noir alterné de blanc-crème. Le croupion est blanc. Elle a les ailes plutôt larges et arrondies. Les plumes des ailes sont noires traversées de larges bandes blanches sur la seconde et la huitième rémige ; des bandes incomplètes et des taches, toujours blanches, sont présentes sur les autres rémiges et, dans leur ensemble, forment une bande alaire blanche sur une base noire ; les plumes secondaires, de même couleur, forment la suite de la bande alaire blanche. Les couvertures primaires sont noir brillant ; les grandes et moyennes sus-alaires sont noir brillant avec des bandes blanc-crème formant des rayures blanches et noires sur l’aile. Les petites sus-alaires supérieures sont brun-orangé-rosé, les inférieures sont noires avec des pointes blanc-crème. Le menton, la gorge et la poitrine sont orangé nuancé de rose-vineux, les plumes du menton sont margées de blanc.

Les flancs et les côtés du ventre sont blanchâtres striés de brun sombre. Le milieu du ventre et le dessous de la queue sont blancs. Les plumes axillaires sont orange-rosé pâle ; le dessous de l’aile blanchâtre avec des nuances orangé-rose et des pointes noires sur les couvertures inférieures. Les sus-caudales supérieures sont noires, les inférieures avec une pointe et une base blanche. Les rectrices sont noires avec une raie médiane blanche ; celles de l’extérieur sont bordées de blanc. Le nombre, la forme et la taille des lignes et des taches blanches des ailes et de la queue varient selon la sous-espèce, la population et dans une moindre mesure, selon l’individu ; on peut en dire autant de la couleur orangé-brunâtre-rouille ou grisâtre de la livrée (variations pouvant également être liées au régime alimentaire).

JPEG - 64.4 ko
Son long bec lui permet de creuser et d’extraire larves et lombrics © G. Mazza

La huppe fasciée présente 10 rémiges et 10 rectrices ; la quatrième et la cinquième rémige primaire sont les plus longues ; puis viennent la troisième et la sixième ; la première est longue d’environ de la moitié de la seconde ; la troisième et la sixième sont marginées sur le vexille externe. La queue est plutôt longue et de forme carrée. Le bec est très mince, comprimé, incurvé et long (plus long que la tête), d’une couleur noirâtre avec la base et la mandibule supérieure grisâtre-chair. Les pattes sont courtes, avec des tarses courts et minces, longs de 22-24 mm, et présentes des scutelles (plaques cornées en kératine) antérieurement et postérieurement.

La patte a trois doigts tournés vers l’avant et un vers l’arrière (le doigt postérieur, qui est plutôt long) ; le doigt du milieu et l’externe sont en partie unis à la base, les autres demeurant libres. Les pattes sont gris-ardoise avec des nuances de couleur chair. Les yeux sont plutôt petits et ronds avec un iris brun-foncé. La femelle, semblable au mâle est difficilement reconnaissable : gorge, face et poitrine moins orange-rose et plus bruns, plumes du menton majoritairement ourlées de blanc. Même les jeunes ont une livrée semblable à celle des adultes ; il ressemblent plus à la femelle, sont privés de la tonalité vineuse-rosée et présentent un aspect général plus "poussiéreux" et moins brillant, un bec plus court, droit et avec la base buccale plus élargie et blanc-jaunâtre.

Éthologie-Biologie reproductive

La huppe fasciée est un oiseau timide et réservé ce qui contraste avec sa livrée si colorée : c’est en fait un oiseau difficile à repérer. En général, on ne la remarque que lorsqu’elle s’envole, apeurée, et que ses couleurs en mouvement « frappent » l’observateur à l’improviste. Même si elle est plutôt réservée et silencieuse y compris durant la saison des amours, la huppe émet des vocalises très typiques et aisément reconnaissables : un doux et bas « hup-hup-hup », un bas « caa-caa-caa » et « pu-pu-pu » ; en outre, si elle est apeurée, elle émet des vocalises semblables à des miaulements et des cris rappelant des croassements de corvidés. Elle a un vol léger, avec des battements d’ailes réguliers, papillonnant, ondulant, plutôt lent et évident ; repérable par le mouvement de couleur mis en évidence par le battement des ailes. Ce type de vol ne l’empêche pas d’exécuter des mouvements soudains et rapides en cas de danger. La huppe fasciée se perche sur les branches et les murs, parfois verticalement à la façon des pics.

La huppe est un oiseau insectivore, se nourrissant principalement d’insectes et de leur larves, d’araignées et de myriapodes, et complète son régime avec des lombrics, des mollusques et des petits vertébrés comme des petits lézards, des petits amphibiens, parfois des œufs et des petits oiseaux repérés dans des nids bâtis au sol. Le plat de résistance est constitué de coléoptères, de larves, de chenilles, de chrysalides, d’orthoptères et de fourmis. A ce régime alimentaire largement carnivore, peuvent s’ajouter quelques végétaux (graines, baies). Elle se nourrit de préférence sur le sol où elle marche et court en bougeant la tête en avant et en arrière d’une manière caractéristique, sondant le terrain et les divers substrats avec son bec et éventuellement creusant avec les pattes. Plus rarement elle chasse des insectes en vol. Les proies de grandes tailles et particulièrement dures sont frappées contre le sol ou contre des surfaces dures ou même lancées en l’air et rattrapées pour être démembrées ou pour être débarrassées des parties particulièrement chitineuses.

Elle a des habitudes principalement diurnes et est majoritairement active durant les chaudes heures de l’après-midi pendant lesquelles elle passe beaucoup de temps à la recherche de nourriture. Quand elle est agitée ou excitée elle redresse sa huppe. Cet oiseau aime prendre des "bains" de sable (pour se débarrasser des éventuels ectoparasites) et de soleil. Elle mène une vie solitaire, en couple ou en très petit groupes.

JPEG - 194.6 ko
La voici à l’œuvre, dans la savane africaine, heureuse avec sa proie dans le bec © Giuseppe Mazza

Elle construit son nid dans des creux d’arbres, de murs, de roches, dans des bâtiments abandonnés ou tout autre lieu pouvant lui convenir. L’espèce est monogame durant la période de reproduction et les couples se séparent à la fin de celle-ci.

Le mâle courtise la femelle en la poursuivant huppe dressée et plumes de la gorge soulevées et lui offrant souvent des dons de nourriture. Le plus souvent, la huppe fasciée s’accouple au sol.

Les couples de huppes sont très territoriaux et bagarreurs avec les éventuels intrus de leur propre espèce qu’ils n’hésitent pas à attaquer. Les nids, réalisés dans des cavités de types variés du niveau du sol jusqu’à quelques mètres au-dessus, sont des creux d’arbres, des nids creusés par d’autres oiseaux, des cavités et des fissures entre les racines ou dans des murs, des interstices variés ou des nids-boîtes. Le nid peut-être vaguement rembourré avec des matériaux végétaux ou pas du tout.

La femelle en reproduction et les oisillons présentent des glandes uropigiennes particulièrement développées et très actives ; en cette période la sécrétion est abondante, noirâtre et émet une odeur nauséabonde qui a pour fonction de tenir éloignés d’éventuels intrus mais également une fonction antiparasitaire. Probablement à cause de cette odeur provenant du nid, les huppes fasciées ont longtemps été considérées comme des oiseaux sales ; en réalité la femelle cherche à éliminer la majeure partie des déjections des petits et à garder le nid propre.

De fin avril à juin, 5-8 œufs (jusqu’à 12 sous les latitudes les plus élevées et moins dans les zones tropicales) sont pondus et couvés par la femelle pendant environ 15-18 jours. Le mâle nourrit la femelle pendant que celle-ci couve.

Les œufs ont une couleur blanchâtre-grise ou olivâtre clair ou bleuâtre clair-azzuré avec des dimensions moyennes de 25,9 mm par 17,9 mm, un poids moyen de 4,5 g et une coquille pesant 0,35 g. Le nouveau-né, nidicole, est rose à la naissance avec un long duvet blanc clairsemé. L’intérieur de sa bouche est rose vif avec de grosses marges buccales externes saillantes, de couleur blanc-cire. Le bec, chez le jeune, est bleuâtre ardoise.

Dès tout petits, les oisillons peuvent émettre des sons semblables à des sifflements pour chercher à décourager d’éventuels pilleurs de nids et une sorte de « piaillement » pour réclamer de la nourriture aux parents. Les oisillons sont tout d’abord nourris par la femelle (pendant les 10-15 premiers jours) avec de la nourriture qui lui est apporté par le mâle ; puis, quand ils ont un peu grandi, ils sont nourris par les deux parents jusqu’à ce qu’il atteignent l’âge de l’envol qui arrive vers 20-28 jours.

Hors du nid, les jeunes huppes, sont encore nourries pendant environ une semaine ou même un peu plus. Les jeunes, en cas de danger, peuvent prendre des postures de défense-attaque élargissant leur huppe, ouvrant le bec et les ailes, exécutant des mouvements serpentiformes, soulevant la queue et éjectant de loin leurs excréments vers les éventuels ennemis. Les huppes fasciées peuvent faire des couvées de remplacement en cas de perte précoce. Dans les aires tropicales, il leur arrive d’effectuer avec succès deux couvées dans l’année.

La huppe, assez commune dans son aire de répartition, a commencé à connaître un déclin dans certaines zones à partir de la seconde partie du XXème siècle à cause de l’utilisation de pesticides et de la modification de son habitat ; elle est disparue de certaines régions d’Europe même si la population européenne reste bonne (autour de deux millions d’individus).

Par chance, la huppe est généralement appréciée pour son élégante beauté et pour le fait d’être un oiseau utile à l’agriculture, se nourrissant également d’insectes particulièrement nuisibles comme la chenille processionnaire du pin ( Thaumetopoea pityocampa ) qu’elle chasse quand elle est encore au stade de chrysalide. Son aspect particulier et ses caractéristiques vocales on permis à cet oiseau d’occuper une bonne place (que se soit positivement ou négativement) dans la mythologie, dans l’histoire, dans l’art, dans les écrits antiques, dans la symbolique et dans la comédie. La huppe est l’oiseau national de l’état d’Israël. Elle est bien présente en philatélie et en héraldique (grâce à sa couronne royale de plumes nucale). C’est le symbole de l’état du Penjab et de certaines associations qui s’occupent de sauvegarde des animaux et de l’environnement.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/u-3-5_upupa_epops
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants