Veitchia arecina

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 115.6 ko
Veitchia arecina du Vanuatu est chez lui sur les sols volcaniques des forêts humides de l’île de Nguna © Giuseppe Mazza

L’espèce est originaire du Vanuatu, où elle est particulièrement répandue dans les forêts humides de l’île de Nguna, sur les sols volcaniques, du niveau de la mer jusqu’à environ 500 m d’altitude.

Le genre est dédié à la famille Veitch, propriétaire d’une célèbre pépinière de Londres, fondée par John Veitch (1725-1839), active du XVIIIe au XXe siècle, qui a introduit en Europe un grand nombre d’espèces exotiques ; le nom spécifique latin est le diminutif d’ Areca .

Noms communs : Montgomery palm (anglais).

Veitchia arecina Becc. (1921) est une espèce monoïque inerme à tige dressée, solitaire, légèrement renflée et à racines adventives à la base, lisse, de couleur blanchâtre, de 15-28 m de hauteur et 15-25 cm de diamètre, sur laquelle les traces annulaires d’attache des feuilles caduques sont proéminentes. Les feuilles, environ 11 sur les plantes adultes, sur un court pétiole, sont pennées, légèrement arquées, d’horizontales à ascendantes, mesurant jusqu’à 3 m de longueur.

Folioles, environ 50 par côté, régulièrement disposées le long du rachis sur le même plan, horizontales ou légèrement pendantes, longues de 20 cm à 1 m et larges de 2 à 5 cm, lancéolées à apex tronqué obliquement et irrégulièrement denté, de couleur vert foncé, à nervure centrale et marges proéminentes et pourvues sur la face inférieure de ‘’ramenta’’ (écailles minuscules brunes allongées à marges irrégulièrement dentées).

La base foliaire enveloppe entièrement la tige sur une longueur de 0,8-1,4 m formant une sorte de manchon tubulaire, légèrement renflé à la base, de couleur vert clair et densément recouvert de minuscules écailles blanches, excepté vers l’apex et sur le pétiole où elles sont brun-noirâtre.

Les inflorescences, sur un pédoncule long d’environ 15 cm et recouvert d’une pubescence blanchâtre, prennant naissance sous les feuilles (infrafoliaires), sont longues de 0,8-1 m, ramifiées, à fleurs unisexuées blanc verdâtre disposées en triades (une fleur femelle entre deux fleurs mâles), sauf dans la partie terminale où ne sont présentes que des fleurs mâles solitaires. Fleurs mâles oblongues, d’environ 1,5 cm de longueur et 0,7 cm de diamètre, à 80-130 étamines, fleurs femelles globuleuses, d’environ 0,6 cm de longueur et 0,5 cm de diamètre, à 3 stigmates.

Fruits ovoïdes initialement de couleur verte, puis jaune et finalement rouge brillant à maturité, de 3-4,5 cm de longueur et 2,5 cm de diamètre, ne contenant qu’une seule graine ovoïde, mesurant jusqu’à 2,5 cm de longueur et 1,8 cm de diamètre.

JPEG - 332.5 ko
Palmier parmi les plus décoratifs dans l’absolu, il atteint les 28 m avec des troncs de 15-25 cm de diamètre à l’élégante trace des feuilles caduques © Giuseppe Mazza

Semblable par l’aspect à Veitchia winin H.E.Moore (1957), qui se différencie par les fleurs mâles plus courtes, 1 cm, le nombre moins élevé d’étamines, 40-60, et les dimensions plus petites des fruits, 1,5-1,8 cm de longueur et environ 1 cm de diamètre. La reproduction se fait par semis des graines, préalablement immergées dans l’eau pendant deux jours, dans un terreau aéré et drainant maintenu humide à une température de 24-26 °C, avec des temps de germination de 1-3 mois. Palmier parmi les plus décoratifs dans l’absolu, d’un grand effet utilisé en groupes de plusieurs individus, cultivable dans les régions au climat tropical et subtropical humide, bien qu’on puisse en tenter la culture dans les régions au climat tempéré chaud le plus doux, où les températures voisines de 0 °C sont des exceptions de courte durée.

JPEG - 248.3 ko
Outre les fleurs, il se distingue facilement de l’analogue Veitchia winin par ses fruits deux fois plus gros, longs de 3-4,5 cm et de 2,5 cm de diamètre © Giuseppe Mazza

A croissance particulièrement rapide, dans les meilleures conditions de culture, il exige le plein soleil, excepté dans les premières années où il nécessite un ombrage partiel, et il n’est pas particulièrement exigeant par rapport au sol, de légèrement acide à légèrement alcalin, pourvu qu’il soit drainant et maintenu constamment humide, car il ne supporte pas les périodes de sécheresse. Résistant en outre aux vents forts et aux aérosols salins, il peut donc être employé à proximité de la mer.

Synonymes : Veitchia hookeriana Becc. (1921) ; Veitchia macdanielsii H.E.Moore (1957) ; Veitchia montgomeryana H.E.Moore (1957).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

/v-101-1_veitchia_arecina
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants