Washingtonia robusta

Famille : Arecaceae

Texte © Pietro Puccio

 

 

Traduction en français par Serge Forestier

 

 

JPEG - 104.1 ko
Washingtonia robusta © Giuseppe Mazza

Washingtonia robusta H. Wendl. (1883) est originaire du nord du Mexique (Basse Californie et Etat de Sonora), où il croit dans les zones semi-désertiques, au fond des canyons, où l’eau est présente, ou à proximité de sources naturelles.

Le genre a été dédié au premier président des États-Unis, George Washington ; le nom de l’espèce vient du latin "robustus".

Il présente un tronc solitaire, élancé, d’environ 30 cm de diamètre au sommet, grisâtre dans la partie ancienne, brun rougeâtre dans la partie plus jeune, mesurant jusqu’à 30 m de hauteur et élargi à la base (diamètre d’environ 1 m), couvert, à l’état sauvage, de feuilles sèches persistantes, au sommet, d’où vient l’un des nombreux noms communs sous lequel il est connu, petticoat palm (palmier jupon) .

Les feuilles costapalmées sont de couleur vert brillant, avec des segments bifides pendants munis de filaments qui ont tendance à disparaître chez les sujets adultes ; les pétioles possèdent des épines de couleur brun-rouge sur toute leur longueur.

Les inflorescences de 2 à 3 m de long, courbes, dépassant généralement les feuilles, portent des fleurs hermaphrodites blanchâtres.

Les fruits globuleux noirâtres d’environ 0,5 cm de diamètre, produits en grandes quantités, sont consommés, frais ou secs, par les indigènes, tandis que, des graines broyées, ils tirent une sorte de farine qu’ils utilisent largement. La multiplication est facile par semis, la graine germant en environ 30 jours. Ce palmier d’une grande valeur ornementale est répandu dans toutes les zones au climat méditerranéen, où il s’est pratiquement naturalisé.

JPEG - 32.9 ko
Le pétiole présente des épines caractéristiques brun-rouge sur toute sa longueur © Giuseppe Mazza

La présence simultanée d’une autre espèce appartenant au genre, Washingtonia filifera, avec laquelle il s’hybride facilement, a conduit à une situation telle que, dans certaines zones, on rencontre, en culture, plus d’hybrides que d’espèces pures.

Il n’a pas d’exigences culturales particulières, si ce n’est un emplacement en plein soleil ; il tolère des sols semi-arides et pauvres et est relativement résistant aux basses températures (-8 °C, voire un peu moins, pendant de courtes périodes, sous les climats secs).

Synonymes : Neowashingtonia robusta (H. Wendl.) A. Heller (1898) ; Washingtonia sonorae S. Watson (1889) ; Washingtonia robusta var. gracilis (Parish) Parish ex Becc. (1907) ; Washingtonia gracilis Parish (1907) ; Washingtonia filifera var. robusta (H.Wendl.) Parish (1907) ; Pritchardia robusta (H.Wendl.) Schröt., Schweiz. (1931) ; Washingtonia filifera var. gracilis (Parish) L.D.Benson (1943).

 

→ Pour apprécier la biodiversité au sein de la famille des ARECACEAE et trouver d’autres espèces, cliquez ici.

 

Les archives photographiques de Giuseppe Mazza

_W-18-6_Washingtonia_robusta
_W-18-7_Washingtonia_robusta
_W-18-8_Washingtonia_robusta
_W-18-9_Washingtonia_robusta
_W-18-10_Washingtonia_robusta
_W-18-11_Washingtonia_robusta
_W-18-12_Washingtonia_robusta
Photomazza : 70.000 colour pictures of animals and plants